Dans les années 70, le peintre haïtien Tiga et son amie Maud créent un centre pour des paysans de la zone de Fermathe, à qui ils donnent pinceaux, peinture et toiles. Un centre est créé pour eux à Soisson-la-Montagne, dans les montagnes au-dessus de Port-au-Prince. Ce groupe de peintres populaires sera baptisé « Saint Soleil ». Malraux visite le groupe et lui donne une réputation internationale dans son essai L'Intemporel : trente ans après André Breton, il manifeste son enthousiasme pour la peinture haïtienne : « Un peuple d’artiste habite Haïti » écrit-il.

En 1978, le groupe se divise. Cinq des fondateurs les plus célèbres, Louisiane Saint Fleurant, Denis Smith, Dieuseul Paul, Levoy Exil et Prospère Pierre Louis, se regroupent sous le nom de « Cinq soleils ».

"Saint Soleil" montre le potentiel artistique énorme du peuple haïtien.  Lorsqu'on leur donne les moyens, ils étonnent le monde entier avec leur talent, leur sens de la couleur et leurs compositions. C'est un cas unique au monde : les historiens de l'art n'arrivent pas à l'expliquer.

Les peintres de Saint-Soleil

À gauche, tableau de Levoy Egil (2013)

Photo : Jean-Yves Urfié

Photo : Roger Pic, Wikimedia commons

André Malraux était tombé sous le charme des peintres de Saint-Soleil.

André Malraux (1901-1976)